8 lecture des minutes

Qu'est-ce que le système nerveux périphérique

Le système nerveux humain se divise en deux parties : le système nerveux central (SNC) et le système nerveux périphérique (SNP). Le SNC comprend le cerveau et la moelle épinière. Le SNP représente tous les nerfs qui s’étendent dans tout le corps humain et envoie des informations motrices et sensorielles entre le SNC et les organes, les glandes et les tissus.

 

Qu’est-ce que le système nerveux périphérique ?

illustration de ce qu'est le système nerveux périphérique

Il existe deux systèmes nerveux périphériques : le système nerveux somatique (SNS) et le système nerveux autonome (SNA). Le SNS est responsable des mouvements volontaires et des informations sensorielles provenant de l’environnement. Il contrôle également les réflexes moteurs involontaires.

Le SNA régule les fonctions involontaires, comme le rythme cardiaque, la pression sanguine et la digestion. Il comporte trois divisions distinctes. Le système nerveux sympathique régule la réaction de combat ou de fuite, et le système nerveux parasympathique est responsable des processus de repos et de digestion. Le système nerveux entérique contrôle la digestion indépendamment des deux autres divisions du SNA.

Le SNP comprend presque tous les nerfs du corps humain. Comme vous pouvez l’imaginer, il est vital pour notre santé et notre fonctionnement général. Les dommages causés aux nerfs périphériques ont des conséquences sur tous les systèmes corporels.

Anatomie du système nerveux périphérique

l'anatomie du système nerveux périphérique

Le système nerveux périphérique comprend de nombreuses cellules nerveuses différentes, ou neurones. Chaque neurone possède un corps cellulaire, ou soma, qui contient le noyau et les organites de la cellule. Les cellules nerveuses reçoivent des informations d’autres neurones par l’intermédiaire de fibres courtes et ramifiées appelées dendrites. Une longue projection appelée axone transmet les signaux nerveux du corps cellulaire à d’autres cellules nerveuses et à des tissus cibles.

Une gaine de myéline entoure chaque axone, ce qui permet d’isoler les axones et d’accélérer l’influx nerveux. Ces longues fibres nerveuses transportent des impulsions chimiques et électriques entre le système nerveux central et le reste du corps. Les faisceaux de nombreuses fibres nerveuses forment ensemble les nerfs.

Les nerfs du système nerveux périphérique peuvent être classés selon leur fonction, leur structure ou leur emplacement. Les nerfs sensoriels sont chargés d’envoyer des informations du corps au système nerveux central, tandis que les nerfs moteurs envoient des signaux du système nerveux central aux muscles. Les nerfs mixtes contiennent à la fois des fibres sensorielles et motrices. Les interneurons sont un type de nerf mineur qui relie d’autres nerfs et sont impliqués dans les réflexes.

 

Nerfs crâniens et nerfs spinaux

image des nerfs crâniens et des nerfs spinaux

Les nerfs périphériques sont tous ceux qui, dans le corps, partent du système nerveux central - le cerveau et la moelle épinière. Ceux qui se ramifient directement du cerveau et de la moelle épinière sont appelés respectivement nerfs crâniens et nerfs spinaux.

Il existe 12 paires de nerfs crâniens, désignés par les chiffres romains I-XII. Les nerfs crâniens transmettent les entrées sensorielles, telles que l’ouïe et le toucher, à partir de structures situées dans la tête. Ils transmettent également les signaux moteurs du cerveau aux muscles de la tête et du cou pour certains mouvements volontaires.

Dix véritables nerfs crâniens (III-XII), qui partent du tronc cérébral et sont considérés comme faisant partie du système nerveux périphérique. Les nerfs crâniens I et II prennent naissance dans le cortex cérébral et sont généralement considérés comme faisant partie du système nerveux central. Le nerf crânien I contrôle l’odorat et le nerf crânien II contrôle la vue.

Les nerfs rachidiens prennent naissance dans la moelle épinière et sont toujours inclus dans le système nerveux périphérique. Ils transportent des informations sensorielles et motrices dans et hors de la moelle épinière. Il existe 31 paires de nerfs spinaux, et leurs noms correspondent aux sections vertébrales dont ils sont issus. Par exemple, les nerfs rachidiens cervicaux proviennent de la moelle épinière cervicale.

Les nerfs rachidiens forment des plexus nerveux, ou toiles, lorsqu’ils sortent de la moelle épinière avant de se séparer en nerfs individuels. Ces plexus nerveux contribuent à réduire l’impact des lésions nerveuses en créant des voies redondantes pour les signaux dans les nerfs rachidiens.

 

Neurones sensoriels et neurones moteurs

neurones sensoriels et moteurs-quatrième site web

Les nerfs sensoriels

Les neurones sensoriels, ou neurones afférents, transportent les informations sensorielles du corps vers le système nerveux central. Il existe trois types de récepteurs sensoriels : les extérocepteurs, les intérocepteurs et les propriocepteurs.

Les extérocepteurs sont des neurones sensoriels de la peau et des muqueuses. Ils sont chargés de détecter les stimuli de l’environnement extérieur, tels que la température, le toucher, la pression et la douleur.

Les intérocepteurs sont des neurones sensoriels situés dans les organes internes. Ils sont chargés de détecter les stimuli de l’environnement interne, tels que les changements de pression et le pH. Les intérocepteurs agissent au sein du système nerveux autonome.

Les propriocepteurs sont des neurones sensoriels situés dans les muscles et les articulations. Ils sont chargés de détecter les informations relatives à la position et au mouvement du corps. Les propriocepteurs agissent au sein du système nerveux somatique.

Nerfs moteurs

Les motoneurones, ou neurones efférents, transportent les signaux de réponse du système nerveux central vers la périphérie. Les motoneurones peuvent être excitateurs ou inhibiteurs, c’est-à-dire qu’ils peuvent provoquer ou empêcher l’activité musculaire. Les systèmes nerveux somatique et autonome contiennent tous deux des motoneurones.

Les nerfs moteurs somatiques sont responsables du contrôle des muscles squelettiques, que nous pouvons contrôler consciemment pour faire bouger notre corps. Chaque neurone moteur innerve de nombreuses fibres musculaires, et la stimulation du neurone entraîne la contraction du muscle.

D’autre part, les nerfs moteurs autonomes contrôlent le muscle cardiaque dans le cœur et les muscles lisses dans le tube digestif, les glandes et d’autres organes internes. Nous ne pouvons pas contrôler consciemment le muscle cardiaque et le muscle lisse.

 

Vitesse de conduction des fibres nerveuses

Il existe plusieurs systèmes de classification des sous-types de fibres nerveuses périphériques, selon qu’elles ont des fonctions sensorielles ou motrices. Il peut y avoir des chevauchements entre les différents systèmes en raison de la mixité des nerfs, de sorte que la manière la plus simple de regrouper les fibres nerveuses périphériques dans leur ensemble est la vitesse de conduction.

Les sous-types rapides sont de grand diamètre et myélinisés. Ils comprennent des propriocepteurs qui nous informent de la position de notre corps dans l’environnement et de la quantité d’étirement de nos articulations et de nos muscles squelettiques. Ils comprennent également les fibres motrices alpha somatiques, qui indiquent à nos fibres musculaires squelettiques de se contracter.

Les sous-types modérés peuvent être moyens ou petits, mais sont toujours myélinisés. Les fibres moyennes sont plus rapides que les petites. Ces sous-types comprennent les mécanorécepteurs (toucher et pression), les thermorécepteurs (froid) et les nocicepteurs (douleur rapide via des terminaisons nerveuses libres). Ils comprennent également les fibres motrices somatiques de soutien et certaines fibres efférentes autonomes.

Les sous-types lents sont petits et non myélinisés. Ils comprennent les nocicepteurs (douleur lente via les terminaisons nerveuses profondes), les chimiorécepteurs (odeur), les thermorécepteurs (chaleur) et certaines fibres efférentes autonomes.

En général, les neurones sensoriels et moteurs somatiques conduisent plus rapidement que les neurones autonomes. C’est ainsi que nous pouvons produire des réactions conscientes rapides à notre environnement.

 

foire au questions : Système nerveux périphérique

Quels sont le système nerveux périphérique et ses fonctions ?

Le système nerveux périphérique désigne un réseau de nerfs qui relie le cerveau et la moelle épinière au reste du corps. Il comprend les nerfs crâniens, les nerfs spinaux et tous les autres nerfs qui se ramifient dans le corps.

Le système nerveux périphérique est responsable de l’entrée des récepteurs sensoriels dans tout le corps et de leur transmission au système nerveux central, puis de la transmission de la réponse motrice vers la périphérie.

Le système nerveux périphérique comprend deux grandes divisions : le système nerveux somatique, qui est responsable du contrôle volontaire des mouvements musculaires, et le système nerveux autonome, qui est responsable des fonctions vitales involontaires.

Quels sont les troubles du système nerveux périphérique ?

Le système nerveux périphérique innerve les organes, les muscles et les glandes de tout le corps. Par conséquent, une atteinte des nerfs périphériques peut avoir de nombreuses conséquences.

La neuropathie périphérique est le terme général désignant les lésions nerveuses du système nerveux périphérique. Elle peut provoquer des douleurs, des engourdissements, des picotements et des faiblesses et perturber de nombreux processus corporels. Les nerfs somatiques et autonomes peuvent être affectés.

Les troubles du système nerveux somatique sont généralement ceux liés au contrôle moteur. L’un des plus courants est la sclérose latérale amyotrophique (SLA, alias maladie de Lou Gehrig). D’autres exemples sont la sclérose en plaques (SEP), les hernies discales et les nerfs pincés.

Les troubles du système nerveux autonome perturbent souvent les processus corporels normaux, entraînant des troubles digestifs, métaboliques, psychiatriques, auto-immuns et inflammatoires. Le diabète de type 2, la polyarthrite rhumatoïde et la maladie de Parkinson en sont des exemples.

Le traitement se concentre généralement sur la gestion des symptômes et peut inclure la thérapie physique, les médicaments et la chirurgie.

Qu’est-ce qui peut endommager le système nerveux périphérique ?

Certains types de neuropathie périphérique sont héréditaires ou présentent des facteurs de risque biologiques tels que la génétique et le sexe. D’autres présentent des facteurs de risque liés à l’environnement et au mode de vie, notamment le stress chronique, une alimentation malsaine, le manque d’exercice, les virus et les toxines.

  • L’alcool: L’abus chronique d’alcool peut entraîner une neuropathie périphérique caractérisée par une douleur intense et des sensations de brûlure, en particulier dans les jambes. Avec le temps, cela peut entraîner une diminution du seuil de la douleur et même des difficultés à marcher. L’éthanol est neurotoxique, il peut donc réduire la densité des fibres nerveuses et provoquer des défauts dans la structure et la fonction des axones.
  • Lestress: De nouvelles études suggèrent que les événements de stress chronique et aigu, tels que les difficultés financières, la violence domestique et les abus durant l’enfance, peuvent entraîner des lésions nerveuses et une altération de la réponse au stress. Ces lésions peuvent entraîner la fibromyalgie, un état douloureux chronique fréquent chez les femmes, que les médecins considéraient auparavant comme un trouble psychiatrique.
  • Régime occidental: Le régime occidental se caractérise par une forte consommation de viandes et de graisses transformées et une faible consommation de fruits et de légumes. Il est associé à de nombreux problèmes de santé, notamment des dommages au système nerveux.

L’un des facteurs est la teneur élevée en acides gras polyinsaturés (AGPI) oméga-6 que l’on trouve dans des aliments tels que l’huile de soja. Ces acides gras sont essentiels à nos membranes cellulaires, mais le régime alimentaire occidental en contient 10 à 20 fois plus que ce qui est biologiquement nécessaire. Une étude sur un modèle de souris a révélé qu’un régime riche en AGPI oméga-6 entraînait des lésions nerveuses périphériques, une neuropathie périphérique et une hypersensibilité à la douleur.

Un régime riche en graisses peut également entraîner l’obésité et le diabète de type 2, qui sont associés à une neuropathie autonome et à des problèmes digestifs. Une étude a montré que le fait de nourrir des souris avec un régime riche en graisses pendant 20 semaines entraînait une réduction significative de la taille et de la santé globale des neurones dans l’intestin.

Comment puis-je protéger mon système nerveux périphérique ?

Vous pouvez prendre quelques mesures pour protéger votre système nerveux périphérique : évitez de fumer et de boire de l’alcool, adoptez une alimentation saine, faites de l’exercice régulièrement et faites-vous soigner rapidement en cas de blessure ou de maladie.

  • Exercice: L’exercice régulier d’intensité modérée a de nombreux effets neuroprotecteurs, notamment la réduction du stress oxydatif et l’amélioration de l’humeur. Il peut également réduire l’impact des lésions nerveuses sur votre santé générale.

Par exemple, les lésions des nerfs moteurs peuvent entraîner une dégénérescence des muscles squelettiques. Dans le cadre d’une étude, des rats ont couru à un rythme modéré pendant 60 minutes, cinq jours par semaine pendant quatre semaines, et ont constaté que cela réduisait l’impact de futures lésions nerveuses sur la santé des muscles squelettiques.

  • Vitamines B: des études menées sur des modèles humains et animaux ont montré qu’un apport accru en vitamines B1, B6 et B12 a des effets neuroprotecteurs et peut même réparer les dommages causés par les lésions nerveuses et la neuropathie alcoolique.

La vitamine B1, également appelée thiamine, joue le plus grand rôle dans la santé neuronale. Les aliments riches en thiamine comprennent les légumineuses (par exemple, les haricots, les lentilles, les pois), les céréales complètes, la viande de porc, le poisson, ainsi que les céréales et le pain enrichis. Elle est également disponible sous forme de supplément. L’association d’une supplémentation en vitamine B1 avec les vitamines B6, B12 et E semble être la plus efficace.

RESSOURCES DE SANTÉ PHYSIQUE D’ANAHANA

WIKIS SUR LA SANTÉ PHYSIQUE

La réaction de lutte ou de fuite

Hygiène du sommeil

Méditation guidée pour le sommeil

BLOGS SUR LA SANTÉ PHYSIQUE

Qu’est-ce que le système nerveux ?

Qu’est-ce que le système nerveux central ?

Qu’est-ce que le nerf vague ?

Qu’est-ce que le système nerveux périphérique ?

Références

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK539845/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK556027/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK539846/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK441977/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK554616/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3370340/

https://www.clinexprheumatol.org/abstract.asp?a=15785

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8287645/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4530039/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6081439/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8294980/

 Qu'est-ce que le système endocrinien

Qu'est-ce que le système endocrinien

Le système endocrinien est un système de glandes qui produisent et libèrent des hormones dans la circulation sanguine. Ces hormones contrôlent de...

Continue Reading
Qu'est-ce que la scoliose

Qu'est-ce que la scoliose

La scoliose est une courbure latérale anormale de la colonne vertébrale qui affecte la symétrie de la colonne.

Continue Reading
Que sont les hormones

Que sont les hormones

Les hormones sont des messagers chimiques de l’organisme qui contribuent à réguler différents processus corporels. Il existe de nombreuses hormones...

Continue Reading