9

Qu'est-ce que le système nerveux somatique

Dernière mise à jour: novembre 22, 2022

Featured Image

Table of Contents

Le système nerveux somatique (SNS) est la division du système nerveux périphérique responsable de tous les mouvements volontaires du corps. Le système nerveux somatique est constitué de nerfs sensoriels et moteurs relativement gros qui conduisent rapidement les impulsions, ce qui nous permet de répondre rapidement aux stimuli de notre environnement.

Qu’est-ce que le système nerveux somatique ?

Qu'est-ce que le système nerveux somatique ?

Le système nerveux somatique est sous contrôle conscient, ce qui signifie que nous pouvons choisir de bouger nos muscles ou non. Par exemple, lorsque nous décidons de ramasser un livre, notre cerveau envoie des signaux aux neurones moteurs des muscles de notre bras, leur demandant de se contracter.

Le système nerveux somatique peut également subir une activation inconsciente. Par exemple, lorsque nous déclenchons un réflexe, utilisons la mémoire musculaire ou nous retirons automatiquement d’un stimulus douloureux.

 

Comment le SNS s’intègre-t-il au reste du système nerveux ?

Comment le SNS s'intègre-t-il au reste du système nerveux ?

Le système nerveux humain se divise en deux parties : le système nerveux central et le système nerveux périphérique. Le système nerveux central (SNC) est constitué du cerveau et de la moelle épinière. Le système nerveux périphérique (SNP) est constitué de tous les autres nerfs qui s’étendent dans tout le corps. Les nerfs périphériques relient le système nerveux central à nos organes, muscles et glandes. Le SNP est divisé en deux parties : le système nerveux somatique et le système nerveux autonome.

Le système nerveux somatique (SNS) est le système nerveux volontaire, ce qui signifie que nous pouvons choisir de l’activer. Sa principale responsabilité est le contrôle conscient des mouvements des muscles squelettiques. Le SNS s’occupe également de certains mouvements involontaires, comme les réflexes.

Le système nerveux autonome (SNA) est responsable des fonctions involontaires du corps, c’est-à-dire qu’il fonctionne automatiquement. Il contrôle tous les processus qui nous permettent de rester en vie et de fonctionner, comme le rythme cardiaque, la respiration et la digestion. Le système nerveux autonome se divise en deux parties : le système nerveux sympathique (combat ou fuite) et le système nerveux parasympathique (repos et digestion).

Les systèmes nerveux somatique et autonome travaillent souvent ensemble. Par exemple, dans le contrôle de la vessie : l’innervation parasympathique permet à l’urine de quitter la vessie, mais le contrôle somatique (volontaire) des muscles est nécessaire pour uriner.

 

Anatomie du système nerveux somatique

Anatomie du système nerveux somatique

Le système nerveux somatique comprend tous les nerfs qui innervent les muscles squelettiques. Ces nerfs prennent naissance dans la moelle épinière et le tronc cérébral et s’étendent à tout le système nerveux périphérique. Les nerfs somatiques nous permettent de contrôler volontairement nos mouvements musculaires, mais ils peuvent également être activés sans décision consciente (par exemple, les réflexes).

Le système nerveux somatique comprend des neurones sensoriels et moteurs. Les neurones sensoriels sont afférents, c’est-à-dire qu’ils envoient des signaux du corps au cerveau. Les neurones moteurs efférents font l’inverse. Les fibres nerveuses somatiques sont isolées par des couches relativement épaisses de myéline, de sorte qu’elles conduisent les impulsions rapidement. Cela nous permet de réagir rapidement aux stimuli de notre environnement.

 

Cerveau et moelle épinière

Le système nerveux somatique fait partie du système nerveux périphérique, mais le système nerveux central reste crucial pour son fonctionnement. Le cerveau interprète les entrées sensorielles et signale les réponses motrices pour contrôler l’ensemble du corps. Le cortex moteur situé dans le lobe frontal génère les impulsions motrices somatiques.

La moelle épinière est une longue colonne de nerfs qui descend le long du dos et transmet des messages entre le cerveau et d’autres parties du corps. C’est un centre de relais crucial pour les neurones moteurs somatiques et l’arc réflexe somatique.

Certains nerfs impliqués dans le système nerveux somatique émergent directement du cerveau et de la moelle épinière. Ils sont appelés nerfs crâniens et nerfs spinaux.

Il existe 12 paires de nerfs crâniens, dont dix prennent naissance dans le tronc cérébral. Ces nerfs reçoivent les signaux des organes sensoriels tels que les yeux et le nez. Les nerfs crâniens contrôlent aussi volontairement les muscles de la tête.

Il existe 31 paires de nerfs spinaux, qui sont associés à différentes régions de la colonne vertébrale. Ils transportent les signaux somatosensoriels et moteurs volontaires entre la périphérie et la moelle épinière.

 

Neurones sensoriels somatiques

Les neurones sensoriels du système nerveux somatique ont des terminaisons dans les muscles, les os et la peau. Ils captent les sensations somatiques, c’est-à-dire toutes les sensations ressenties par le corps.

Les sensations somatiques peuvent être soit extéroceptives (à l’extérieur du corps), soit proprioceptives (à l’intérieur du corps). Les sensations somatiques extéroceptives comprennent le toucher, la douleur, la température et la pression. Les sens proprioceptifs comprennent la position des articulations et la tension musculaire, et ils aident à orienter le positionnement du corps dans l’environnement.

 

Neurones moteurs somatiques

Les neurones moteurs du système nerveux somatique innervent les muscles squelettiques. C’est-à-dire tous les muscles que nous pouvons contrôler volontairement. Il en existe deux grands types : les motoneurones supérieurs et les motoneurones inférieurs.

Les motoneurones supérieurs prennent naissance dans le cortex cérébral du cerveau. Ils font synapse avec les motoneurones inférieurs de la moelle épinière, qui innervent ensuite les muscles. Les synapses sont l’endroit où les nerfs transmettent des impulsions chimiques ou électriques à d’autres nerfs ou au tissu cible.

 

Neurones moteurs supérieurs

Les motoneurones supérieurs sont les cellules nerveuses qui transmettent les signaux du cerveau à la moelle épinière. Ils prennent naissance dans le cortex moteur primaire du cerveau, situé dans le lobe frontal. Le cortex moteur génère les signaux pour le contrôle moteur volontaire. Les motoneurones supérieurs suivent deux trajets : pyramidal et extrapyramidal.

Tractus pyramidal: La plupart des motoneurones supérieurs passent par les pyramides médullaires du tronc cérébral, la région qui relie le cerveau à la moelle épinière. Ces fibres du tractus pyramidal transportent les signaux de tous les mouvements musculaires volontaires, des plus amples aux plus précis.

Tractus extrapyramidal: Ces fibres nerveuses ne passent pas par les pyramides médullaires lorsqu’elles traversent le tronc cérébral. Les fibres du tractus extrapyramidal signalent les modifications des mouvements volontaires, comme la vitesse et la coordination. Elles transmettent également des signaux pour le contrôle moteur involontaire, comme la posture, et les actions qui deviennent involontaires avec le temps, c’est-à-dire la mémoire musculaire.

 

Neurones moteurs inférieurs

Les motoneurones inférieurs constituent le dernier maillon du système nerveux somatique. Ils prennent naissance dans la moelle épinière et innervent les muscles squelettiques de tout le corps. Lorsqu’un motoneurone inférieur reçoit une stimulation d’un motoneurone supérieur, il provoque la contraction du muscle. Les motoneurones inférieurs du système nerveux somatique sont de trois types : alpha, bêta et gamma.

Neurones moteurs alpha: Ce sont les motoneurones inférieurs les plus abondants du système nerveux somatique. Les motoneurones alpha innervent la majeure partie du muscle et entraînent la contraction.

Neurones moteurs gamma: contrairement aux neurones alpha, les neurones gamma ne provoquent pas la contraction musculaire. Au contraire, ils innervent les fibres musculaires sensibles à l’étirement et demandent aux neurones alpha de poursuivre la contraction.

Motoneurones bêta: Le rôle des motoneurones bêta est peu connu. Ils innervent les mêmes types de fibres motrices que les motoneurones alpha et gamma, de sorte qu’ils peuvent soutenir les fonctions des deux autres.

Les neurones moteurs inférieurs sont également impliqués dans l’arc réflexe somatique. Les nerfs sensoriels détectent un stimulus particulier et peuvent faire synapse directement avec les motoneurones inférieurs de la moelle épinière pour produire une contraction musculaire spécifique. L’arc réflexe contourne le cerveau, de sorte que ces actions se produisent rapidement mais involontairement. Par exemple, le fait de tapoter le tendon rotulien sous le genou entraîne la contraction et l’extension du quadriceps de la jambe inférieure. L’impulsion du nerf sensitif peut également passer par un ou plusieurs interneurones pour atteindre le nerf moteur.

 

Comment le SNS génère-t-il le mouvement ?

Comment le SNS génère-t-il le mouvement

Le corps humain contient trois grands types de muscles : squelettique, cardiaque et lisse. Le muscle cardiaque constitue le cœur, tandis que le muscle lisse est présent dans les systèmes internes tels que le tube digestif. Ils sont tous deux contrôlés par le système nerveux autonome.

Le système nerveux somatique contrôle les muscles squelettiques, qui viennent généralement à l’esprit lorsque l’on pense aux muscles. Les biceps, les triceps et les quadriceps sont des exemples de muscles squelettiques.

Lorsque les neurones moteurs inférieurs atteignent le muscle, ils font synapse avec les fibres musculaires pour former la jonction neuromusculaire. Les fibres musculaires sont des cellules longues et cylindriques qui constituent nos muscles. La plupart des fibres musculaires sont conçues pour générer une contraction musculaire réelle. Elles sont innervées par des motoneurones alpha. Les fibres musculaires qui ne se contractent pas sont appelées fuseaux musculaires. Elles détectent l’étirement du muscle et sont innervées par les motoneurones gamma.

Les étapes d’une contraction musculaire, de l’intention à l’action, sont les suivantes :

  1. L’entrée somatosensorielle indique au cerveau que nous devons bouger (par exemple, la main est sur une surface chaude), ou nous décidons simplement de bouger (par exemple, nous voulons prendre un crayon).
  2. Le cortex moteur primaire génère un signal moteur.
  3. Les neurones moteurs supérieurs captent le signal et le transmettent à la moelle épinière.
  4. Dans la moelle épinière, les motoneurones supérieurs et inférieurs font synapse.
  5. Les motoneurones inférieurs délivrent le signal aux fibres musculaires via les jonctions neuromusculaires.
  6. Le signal déclenche la contraction des fibres musculaires et le muscle se contracte.
  7. Le muscle se raccourcit et produit une force pour effectuer l’action prévue !

Ce processus rapide produit de manière répétée chaque petit mouvement de nos muscles squelettiques.

Les signaux sensoriels provenant des muscles et des articulations sont renvoyés au système nerveux central, ce qui nous permet de contrôler nos mouvements et de les ajuster si nécessaire. Ce retour d’information, appelé proprioception, est essentiel car il nous permet de savoir où se trouvent nos membres dans l’espace et quelle force nous exerçons.

 

Troubles du système nerveux somatique

les troubles du système nerveux somatique

Les lésions du système nerveux somatique peuvent survenir n’importe où entre le cortex moteur du cerveau et le muscle squelettique lui-même. Les termes généraux pour les troubles du système nerveux somatique sont la maladie du motoneurone et la neuropathie périphérique.

Les symptômes comprennent souvent des tremblements, des spasmes musculaires et des troubles de la fonction motrice. Certaines affections sont congénitales, c’est-à-dire qu’une personne est née avec, ou elles peuvent se développer au cours de la vie. Les causes, telles que les blessures, les virus et les toxines, peuvent être génétiques ou externes. Les causes et les facteurs de risque sont souvent peu clairs.

Voici quelques exemples de troubles impliquant le système nerveux somatique :

  • Sclérose latérale amyotrophique (SLA), également appelée maladie de Lou Gehrig.
  • Sclérose en plaques (SEP)
  • Poliomyélite
  • Hernie discale
  • Radiculopathie (nerf pincé)
  • Traumatisme de la moelle épinière

Les traitements de ces affections varient. Certains peuvent faire appel à des médicaments, d’autres à la chirurgie. Les stratégies visant à protéger la santé globale du système nerveux somatique comprennent la pratique régulière d’un exercice d’intensité modérée et une alimentation pauvre en graisses et en antioxydants.

 

Conclusion

Le système nerveux somatique est crucial pour le contrôle de tous les mouvements volontaires. Les nerfs somatosensoriels nous permettent de percevoir des informations provenant de l’environnement, telles que la pression, la température et la douleur, ainsi que le positionnement de notre corps. Les nerfs moteurs somatiques innervent les muscles squelettiques du corps pour produire des réponses motrices en conséquence.

 

Questions fréquemment posées

Quelles sont les responsabilités du SNS ?

Le système nerveux somatique assure le contrôle conscient du mouvement des muscles squelettiques. Il est une division du système nerveux périphérique et comprend des neurones sensoriels et moteurs. Il est également impliqué dans certaines fonctions motrices inconscientes (par exemple, la coordination des mouvements, le travail à partir de la mémoire musculaire, les réflexes).

 

Quels sont les exemples de fonctions des SRS ?

Il existe de nombreux exemples du système nerveux somatique en action. Le système nerveux somatique est responsable lorsque vous bougez vos muscles squelettiques. Il s’agit par exemple de marcher, de courir, de soulever des poids et de faire du sport. Le système nerveux somatique contrôle également les mouvements de vos yeux et de votre tête, comme le clignement des yeux et la déglutition.

 

Quels sont les principaux composants du SNS ?

Les principaux composants du SNS sont les neurones somatosensoriels, le cortex moteur, les motoneurones supérieurs et inférieurs et les jonctions neuromusculaires. Les neurones somatosensoriels envoient au cerveau des informations telles que la pression et le toucher. Le cortex moteur génère un signal moteur, que les motoneurones supérieurs transmettent à la moelle épinière. Les motoneurones inférieurs transportent le signal de la moelle épinière au muscle, transmis par une jonction neuromusculaire.

 

Comment puis-je protéger mon SNS ?

Avec l’âge, le système nerveux somatique subit un déclin naturel qui entraîne une diminution du contrôle sensoriel et moteur. Ce phénomène est souvent dû à la détérioration de la jonction neuromusculaire (JNM). Des études suggèrent que l’alimentation joue un rôle important dans la santé de la JNM.

Des expériences menées sur des modèles de souris ont montré que le fait d’éviter les régimes riches en graisses et les apports caloriques excessifs peut prévenir la détérioration du NMJ et même inverser certains types de dommages.

Les espèces réactives de l’oxygène peuvent également endommager le NMJ. Ces radicaux libres sont des sous-produits naturels de certains processus corporels, dont la contraction musculaire.

Notre organisme produit généralement des antioxydants pour contrer ce phénomène, mais l’augmentation de l’apport en antioxydants peut renforcer la protection du NMJ. Cela peut inclure des suppléments de vitamine D, des aliments riches en vitamine E (par exemple, les épinards et les tomates) et d’autres aliments riches en antioxydants (par exemple, le chocolat noir, les myrtilles, les noix de pécan et le chou frisé).

La pratique régulière d’un exercice d’intensité modérée peut augmenter la production d’antioxydants et prévenir les lésions du NMJ. Un exercice épuisant peut entraîner une production excessive d’espèces réactives de l’oxygène et potentiellement submerger les antioxydants naturels de l’organisme.

 

Le mot « somatique » fait-il toujours référence au SNS ?

Non, « somatique » signifie en fait « lié au corps ». Le système nerveux somatique doit son nom au fait que ses responsabilités incluent la sensation et le mouvement du corps. Il peut y avoir une certaine confusion parce que « somatique » est utilisé dans de nombreux termes en dehors du système nerveux somatique.

Par exemple :

  • Cellules somatiques: La plupart des cellules qui composent le corps (peau, muscles, os, nerfs, etc.), par opposition aux cellules germinales, qui sont des cellules reproductrices (sperme, ovules).
  • Trouble du syndrome somatique: Un état de santé mentale dans lequel une personne présente des symptômes physiques spécifiques, qui n’ont pas toujours une cause médicale expliquée. Bien que les symptômes physiques puissent impliquer le SNS, il ne faut pas les confondre avec les troubles du SNS.

 

RESSOURCES DE SANTÉ PHYSIQUE D’ANAHANA

WIKIS SUR LA SANTÉ PHYSIQUE

La réaction de lutte ou de fuite

Hygiène du sommeil

Méditation guidée pour le sommeil

 

BLOGS SUR LA SANTÉ PHYSIQUE

Qu’est-ce que le système nerveux ?

Qu’est-ce que le système nerveux central ?

Qu’est-ce que le nerf vague ?

Qu’est-ce que le système nerveux périphérique ?

Qu’est-ce que le système nerveux somatique ?

 

Références

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK556027/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK539845/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK441977/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK554616/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK554542/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK532258/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7182767/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8225025/

Qu'est-ce que le système nerveux autonome

11

Qu'est-ce que le système nerveux autonome

Battements de cœur, pression sanguine, digestion : ces fonctions vitales se produisent sans qu’on y pense, tout cela grâce au système nerveux...

Qu'est-ce que le système nerveux parasympathique?

7

Qu'est-ce que le système nerveux parasympathique?

Le système nerveux parasympathique est responsable des fonctions de « repos et digestion » du corps. Il devient plus actif pendant les périodes de...

Qu'est-ce que le système nerveux périphérique

9

Qu'est-ce que le système nerveux périphérique

Le système nerveux humain se divise en deux parties : le système nerveux central (SNC) et le système nerveux périphérique (SNP). Le SNC comprend le...

Qu'est-ce que le système nerveux sympathique

11

Qu'est-ce que le système nerveux sympathique

Le système nerveux sympathique est responsable de la réaction de lutte ou de fuite, c’est-à-dire de la réaction du corps à des situations dangereuses...

Qu'est-ce que le système nerveux central?

7

Qu'est-ce que le système nerveux central?

Vous savez peut-être déjà que votre système nerveux central (SNC) est l’une des parties les plus importantes de l’organisme. Il envoie et reçoit des...

Qu'est-ce que le système nerveux ?

9

Qu'est-ce que le système nerveux ?

Le système nerveux est un réseau complexe de cellules et de tissus qui transmet des messages entre le cerveau et le reste du corps. Le système...