12

Migraine

Dernière mise à jour: 24 mars 2023

Featured Image

Table of Contents

Selon l’American Migraine Foundation, la migraine est le septième trouble le plus invalidant parmi toutes les maladies. On estime que 10 % des personnes dans le monde souffrent de migraines.

 

Qu’est-ce qu’une migraine ?

Qu'est-ce que la migraine ?La migraine est l’un des nombreux troubles de la tête qui peuvent provoquer une douleur lancinante intense ou une sensation de pulsation d’un côté ou des deux côtés de la tête. L’International Headache Society définit la migraine par le nombre de crises et la fréquence de la douleur (au moins cinq crises de migraine d’une durée de 4 à 72 heures en l’absence de traitement).

Les symptômes courants associés aux migraines sont les vomissements, les nausées et une sensibilité accrue à la lumière et au son. D’autres symptômes incluent des difficultés d’élocution, des auras, des envies de manger ou un manque d’appétit. Les personnes qui souffrent de migraines avec auras peuvent avoir des auras qui se présentent comme des lumières clignotantes avant ou après la migraine. La migraine avec aura est également connue sous le nom de migraine classique, lorsqu’il y a des signes avant-coureurs avant que la migraine ne se produise.

La migraine la plus courante est la migraine sans aura. Certaines personnes ressentent également des douleurs migraineuses dans le cou, où elles peuvent être confondues avec un spasme musculaire ou arthritique, ou dans le visage, où elles peuvent être confondues avec une céphalée sinusale. Les migraines peuvent également être associées à des symptômes semblables à ceux des sinus, notamment une pression faciale, des yeux larmoyants et une congestion nasale. Chez certains patients, la migraine peut être sévère et durable, affectant les activités quotidiennes.

 

Facteurs de risque de la migraine

Les facteurs de risque les plus courants de la migraine sont l’âge, le sexe et les antécédents médicaux. Bien que la migraine puisse survenir à n’importe quel moment de la vie, elle touche le plus souvent les personnes âgées de 20 à 50 ans. Les maux de tête peuvent atteindre leur paroxysme dans la trentaine et leur intensité diminue avec l’âge. Le sexe joue également un rôle, les femmes étant trois fois plus susceptibles de souffrir de migraines que les hommes. Les gènes contribuent à la prévalence de la migraine ; un individu est beaucoup plus susceptible de souffrir de migraines si l’un de ses parents ou les deux sont migraineux.

 

Les causes de la migraine

Bien que les causes exactes de la migraine soient inconnues, des facteurs liés à l’environnement, au mode de vie et à la génétique pourraient jouer un rôle. On pense que la migraine est due à une activité cérébrale anormale qui affecte temporairement les substances chimiques, les signaux nerveux et les vaisseaux sanguins dans le cerveau. La recherche suggère que les cellules nerveuses hyperactives envoient des signaux au nerf trijumeau, ce qui entraîne la libération par l’organisme de peptides liés au gène de la calcitonine (C.G.R.P.) et de sérotonine. Les C.G.R.P. provoquent un gonflement des vaisseaux sanguins du cerveau, ce qui entraîne une inflammation et une douleur migraineuses. Les maux de tête d’un côté de la tête peuvent se déplacer de l’autre côté de la tête et affecter l’ensemble de la tête.

 

Migraine épisodique et chronique

Une migraine épisodique est une migraine qui survient moins de quinze jours par mois. Une migraine qui survient pendant trois mois consécutifs ou plus, ou plus de quinze jours par mois, est chronique. Les migraines épisodiques peuvent évoluer vers une migraine chronique en raison de facteurs déclenchants tels que la surconsommation de caféine ou l’utilisation excessive de médicaments, y compris le N.S.A.I.D.S., les opioïdes et les barbituriques. La douleur s’aggrave lorsque les personnes sont sensibles à la lumière et au son. Les symptômes de la migraine chronique comprennent une vision double, des troubles de l’élocution, des pertes d’équilibre et des vertiges.

 

Types de migraine

La façon dont une migraine se manifeste chez un individu dépend du type de migraine dont il souffre. Par exemple, les migraines vestibulaires sont fréquentes chez les personnes ayant des antécédents médicaux de mal des transports. Les symptômes courants d’une migraine vestibulaire comprennent des nausées et des vomissements, accompagnés ou non de maux de tête.

La migraine abdominale, qui provoque des nausées et des vomissements, est un type de migraine courant chez les enfants. La migraine abdominale se caractérise par des douleurs à l’estomac et une perte d’appétit chez les enfants. Avec le temps, elle peut évoluer vers une migraine classique. La migraine rétinienne est un autre type de migraine qui se produit en raison de la constriction des vaisseaux sanguins dans l’œil, ce qui entraîne une diminution du flux sanguin vers l’œil. Une migraine oculaire ou rétinienne se traduit par des épisodes répétés de cécité temporaire ou partielle ou de baisse de la vision d’un œil.

 

Phases de la migraine

les phases de la migrainePhase du prodrome

Les crises de migraine ne se limitent pas à la période pendant laquelle une personne a mal à la tête. Pour la plupart des individus, les crises se déroulent en trois phases. Environ 60 % des personnes ressentent les symptômes de la phase prodrome au début d’une crise de migraine. Ces signes subtils comprennent des changements d’humeur, un manque d’appétit, des fringales, une constipation, une diarrhée, une augmentation de la miction et des bâillements fréquents. Cependant, certaines personnes ne reconnaissent pas ces signes comme des indicateurs d’une crise de migraine.

 

Phase Aura

Un tiers des personnes souffrant de migraine peuvent ressentir une aura avant ou pendant une crise de migraine. L’aura désigne des troubles visuels et des symptômes neurologiques réversibles et temporaires qui proviennent du système nerveux central. Les symptômes apparaissent généralement de manière progressive, sur une période de 5 à 20 minutes, et durent moins d’une heure. Une migraine avec aura peut se manifester par des éclairs lumineux, des points noirs, des lignes ondulées, des hallucinations ou une vision en tunnel. Certaines personnes peuvent ressentir une perte totale de la vision, un engourdissement ou des picotements d’un côté du corps.

Les migraines sans aura sont le type de migraine le plus courant, qui survient sans aucun signe avant-coureur. Un autre type de migraine est la migraine avec aura sans maux de tête, également connue sous le nom de migraine silencieuse, où l’aura et les symptômes de la migraine se produisent sans maux de tête. La migraine silencieuse, également connue sous le nom de migraine acéphalgique, peut entraîner des symptômes débilitants tels que des troubles visuels, une perte de vision, des altérations de la perception des couleurs et une sensibilité à la lumière, au son et à l’odorat.

Au cours de la phase de crise, les migraines commencent par une douleur sourde qui se transforme en une douleur lancinante ou pulsatile se manifestant d’un seul côté de la tête. Environ 80 % des personnes souffrent de nausées et de vomissements en même temps que les migraines. Les personnes peuvent également être pâles, moites ou étourdies. La plupart des migraines durent environ quatre heures, mais les migraines sévères peuvent durer plus de trois jours.

 

Phase de migraine

Pendant la phase de céphalée, la douleur peut se déplacer d’un côté à l’autre de la tête, voire affecter l’avant de la tête. Elle peut aussi donner l’impression de toucher toute la tête. Les symptômes typiques de cette phase sont la sensibilité à la lumière et aux bruits, les nausées et les vomissements.

 

Phase postdromique

Enfin, après la migraine, la phase postdromique peut durer jusqu’à un jour et s’accompagner de symptômes tels que fatigue, courbatures, douleurs/faiblesse musculaires, vertiges, troubles de la concentration et sensibilité à la lumière et au son.

 

Différences entre la migraine de l’enfant et celle de l’adulte

Selon l’American Migraine Foundation, il existe des différences importantes dans la façon dont les enfants vivent les crises de migraine. Il s’agit notamment de crises de migraine moins fréquentes et d’une douleur plus bilatérale que les crises de migraine unilatérales et de plus courte durée. La douleur bilatérale se manifeste sur le front, alors que la douleur unilatérale se manifeste d’un seul côté de la tête.

 

Déclencheurs courants de la migraine

Les éléments endogènes ou exogènes qui augmentent la probabilité d’une crise de migraine dans un court laps de temps sont connus sous le nom de déclencheurs de migraine. Le stress, les aliments et les boissons, tels que les additifs alimentaires, le fromage vieilli, l’alcool et le glutamate monosodique, font partie de ces déclencheurs. Les changements hormonaux sont également des déclencheurs de migraine courants chez les femmes. De nombreuses femmes remarquent que les crises de migraine surviennent en raison des fluctuations des niveaux d’œstrogènes pendant la grossesse, la ménopause ou les cycles menstruels. Une migraine qui survient trois jours après le cycle menstruel ou deux jours avant le début des règles est appelée migraine menstruelle.

Les symptômes peuvent inclure des migraines sans aura, une douleur lancinante d’un côté de la tête, des nausées, des vomissements et une sensibilité accrue à la lumière. La migraine menstruelle résulte d’une chute du taux d’œstrogènes et peut être déclenchée par le stress, la caféine ou le fait de sauter un repas. Les médicaments hormonaux et de contrôle des naissances, comme les contraceptifs, peuvent également aggraver les migraines.

D’autres facteurs déclenchent la migraine, notamment le fait de sauter des repas, la consommation de caféine, la déshydratation et les changements soudains de conditions météorologiques ou de stimuli sensoriels. Parmi les changements météorologiques associés aux migraines, citons l’humidité élevée, la chaleur excessive, les tempêtes, les variations de la pression barométrique et les orages.

Bien que les changements climatiques ne puissent être contrôlés, les individus doivent faire ce qui est favorable à leur migraine. En outre, les odeurs fortes telles que la fumée, le parfum et les diluants pour peinture déclenchent des migraines chez certaines personnes. Il est essentiel d’identifier et de comprendre les facteurs déclencheurs d’une personne pour prévenir les migraines.

Les déclencheurs courants ne sont pas tous présents chez tous les individus, et les personnes souffrant de migraines les ressentent différemment. Le repérage des déclencheurs peut s’avérer plus complexe et nécessite une attention particulière. Il est important que les personnes souffrant de migraine identifient et comprennent leurs déclencheurs.

 

Comment les migraines sont-elles diagnostiquées ?

comment diagnostiquer la migraineIl n’existe pas de test standard pour diagnostiquer les migraines. Cependant, le médecin peut diagnostiquer les migraines en se basant sur les symptômes décrits par le patient ou en l’interrogeant sur ses antécédents familiaux. En outre, les médecins peuvent effectuer des examens physiques pour déterminer la cause des maux de tête. Le médecin peut également prescrire des examens d’imagerie cérébrale, tels que le C.A.T. scan et le M.R.I. du cerveau, ou des analyses de sang. Il peut également demander aux personnes concernées de tenir un journal des migraines et d’identifier les facteurs susceptibles de déclencher leurs migraines.

 

Traitements de la migraine

Le traitement courant de la migraine est une médication préventive visant à réduire la gravité et la fréquence des crises de migraine. Les médecins utilisent différents types de médicaments pour prévenir les migraines. Le traitement préventif comprend des médicaments contre la tension artérielle, initialement développés pour l’hypertension artérielle. Ces médicaments préventifs comprennent les bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine, les bêta-bloquants, les bloqueurs des canaux calciques, les antidépresseurs tels que les antidépresseurs tricycliques, la sérotonine-norépinéphrine et les médicaments contre les crises d’épilepsie, ainsi que les acides valproïques.

Les professionnels de la santé recommandent aux personnes souffrant de migraines de prendre un ou plusieurs médicaments préventifs pendant 2 à 3 mois afin d’en évaluer l’efficacité, à moins qu’elles ne ressentent des effets indésirables. Les médicaments préventifs ou abortifs visent à soulager la douleur des maux de tête et à empêcher qu’elle ne s’aggrave.

Des médicaments plus récents et plus coûteux contre la migraine comprennent des anticorps dirigés contre le peptide lié au gène de la calcitonine ou ses récepteurs et des antagonistes. Les inhibiteurs du C.G.R.P. bloquent un peptide lié au gène qui augmente pendant une crise de migraine, ce qui peut aider à prévenir les migraines. Le traitement préventif des migraines chroniques comprend le topiramate et la toxine botulique de type A. D’autres dispositifs médicaux qui pourraient aider à traiter les migraines comprennent la stimulation non invasive du nerf vague, le stimulateur externe du nerf trijumeau et la stimulation magnétique transcrânienne.

La gestion des migraines fréquentes peut impliquer des traitements physiques tels que le massage, l’acupression, l’acupuncture, la chiropraxie et la thérapie craniosacrale, qui aident à soulager les symptômes des maux de tête. Toutefois, il est essentiel de consulter le médecin avant d’essayer des traitements alternatifs. Pour déterminer le traitement de choix, il est essentiel que l’individu décrive ses symptômes de maux de tête, y compris la gravité et la fréquence des symptômes.

Pour les femmes dont les symptômes de la migraine semblent être associés à leur cycle menstruel et qui souffrent de migraines liées aux menstruations, l’hormonothérapie peut aider à soulager d’autres symptômes.

 

Complications liées aux analgésiques

Les personnes qui prennent des analgésiques trop souvent peuvent souffrir d’un mal de tête grave dû à la surconsommation de médicaments. Le risque de céphalée de surconsommation de médicaments est le plus élevé si une personne prend une combinaison de caféine, d’acétaminophène et d’aspirine. La prise d’ibuprofène ou d’aspirine pendant plus de 14 jours et de triptans pendant plus de neuf jours par mois peut également déclencher des céphalées de surconsommation de médicaments. Les céphalées par surconsommation de médicaments surviennent lorsque le médicament n’est plus efficace pour soulager la douleur migraineuse et provoque des maux de tête. Le cycle se poursuit au fur et à mesure que l’on utilise davantage de médicaments.

Certains médicaments contre la migraine peuvent également rétrécir les vaisseaux sanguins ; par conséquent, les personnes présentant un risque de maladie cardiaque ou de crise cardiaque doivent consulter un professionnel de la santé avant d’utiliser ce médicament. Par ailleurs, les femmes enceintes et les patients présentant d’autres comorbidités doivent consulter un professionnel de la santé avant d’utiliser ce médicament et d’en évaluer les effets indésirables.

 

Comment prévenir les migraines ?

comment prévenir les migrainesLa prévention de la migraine passe par l’utilisation de la méthode naturelle S.E.E.D.S.. Une personne peut prévenir les migraines en suivant les cinq étapes efficaces de S.E.E.D.S., c’est-à-dire l’hygiène du sommeil, la prise de repas réguliers et sains, l’exercice physique régulier, la tenue d’un journal des migraines et la gestion du stress.

Sommeil

Le manque de sommeil ou un sommeil irrégulier peut déclencher des migraines ou des crises de migraine. Selon l’American Migraine Foundation, les personnes souffrant de migraines sont jusqu’à 8 fois plus susceptibles d’avoir des problèmes de sommeil que les autres. Pour améliorer l’hygiène du sommeil, il est possible de suivre une routine de sommeil standard et régulière, de garder la chambre fraîche et sombre, d’éviter d’utiliser des appareils électroniques dans les chambres à coucher et de pratiquer des techniques de relaxation au moment du coucher.

 

Repas réguliers

Prendre des repas réguliers et sains peut faire une grande différence, en particulier pour les personnes qui ont des fringales. Une alimentation relativement riche en protéines et pauvre en glucides est généralement préférable pour les personnes souffrant de migraine afin d’éviter les fluctuations de la glycémie. La principale difficulté consiste à déterminer si certains aliments sont des déclencheurs de migraines ou de céphalées, car cela peut varier considérablement d’un individu à l’autre.

Il est donc essentiel de savoir quel régime ou quels aliments déclenchent les maux de tête. Toutefois, certaines stratégies courantes peuvent être adoptées, notamment prendre des repas au moins trois fois par jour, arrêter ou limiter la consommation de caféine et s’hydrater en buvant 7 à 8 verres d’eau par jour.

 

Exercice

Une activité physique modérée et régulière peut être efficace pour prévenir les migraines. Il faut être prudent, car l’exercice intense et l’activité physique peuvent aggraver une crise. Parmi les avantages de l’exercice, on peut citer l’amélioration de l’état de santé général et du sommeil. Les exercices recommandés aux personnes souffrant de migraine comprennent des exercices aérobiques réguliers pendant au moins 30 minutes trois fois par semaine et environ 30 minutes d’exercices cardio plusieurs fois par semaine.

Choisissez l’exercice et l’activité de votre choix ; commencez par fixer des objectifs pour la durée et la fréquence de l’exercice et augmentez progressivement la fréquence et la durée de l’exercice. Ce processus graduel permet à l’individu de s’abstenir de tout exercice intense susceptible de déclencher la migraine.

 

Journal de la migraine

Tenir un journal des maux de tête/migraines est un outil pratique pour gérer les déclencheurs, le diagnostic, l’efficacité des médicaments et l’efficacité du traitement actuel, ce qui permet à un individu de mieux comprendre le trouble. Par exemple, il est possible d’utiliser plusieurs applications en plus du journal pour suivre l’évolution de la migraine ou des maux de tête.

Le journal peut notamment aider le médecin à diagnostiquer la migraine, montrer le schéma de la crise, aider les personnes à reconnaître les signes avant-coureurs et les déclencheurs, et évaluer les traitements aigus ou préventifs. Le journal doit toujours rester simple et consigner des informations de base qui peuvent être utiles pour la gestion et la prévention des migraines.

 

Gestion du stress

Le stress peut intensifier les symptômes de la migraine. C’est pourquoi la gestion du stress doit être un élément essentiel des plans naturels de prévention et de contrôle de la migraine. Établissez une routine quotidienne comprenant des périodes de relaxation. Les périodes de relaxation doivent consister en des stratégies de relaxation. Certaines d’entre elles consistent à respirer lentement et profondément, à écouter des sons et des lumières doux et relaxants, ou à se concentrer sur une image ou une scène apaisante.

Parmi les autres stratégies recommandées pour aider à gérer le stress figurent la thérapie cognitivo-comportementale, le biofeedback, les techniques de respiration, la gratitude, la méditation guidée et la pleine conscience, ainsi que les mantras positifs.

 

Pronostic de la migraine

Chez certaines personnes, les migraines constituent un facteur de risque d’accident vasculaire cérébral. Les personnes présentant un risque plus élevé d’AVC sont les fumeurs, les femmes qui souffrent de migraines avec aura ou qui prennent des pilules contraceptives, et les personnes qui consomment des aliments malsains entraînant une hypertension artérielle ou un taux de cholestérol élevé.

 

Aide professionnelle

Appelez le 911 ou rendez-vous dans un service d’urgence lorsque la personne ressent le pire mal de tête de sa vie, des symptômes neurologiques inédits, tels que des troubles de l’équilibre, de la vision ou de l’élocution, des picotements, une paralysie, une faiblesse, des convulsions, ou si le mal de tête survient à la suite d’un traumatisme crânien ou de façon soudaine. Pour en savoir plus sur la migraine, consultez les ressources de la National Headache Foundation, de l’American Headache Society et de la Migraine Research Foundation.

 

RESSOURCES ANAHANA EN MATIÈRE DE SANTÉ PHYSIQUE

 

WIKIS SUR LA SANTÉ PHYSIQUE

Réaction de lutte ou de fuite

Hygiène du sommeil

Méditation guidée pour le sommeil

Neuroplasticité

Migraine

 

BLOGS SUR LA SANTÉ PHYSIQUE

Qu’est-ce que le système nerveux ?

Qu’est-ce que le système nerveux central ?

Qu’est-ce que le nerf vague ?

Qu’est-ce que le système nerveux périphérique ?

Qu’est-ce que le système nerveux somatique ?

Qu’est-ce que le système nerveux autonome ?

Qu’est-ce que la sténose spinale ?

Qu’est-ce que le système nerveux sympathique ?

Qu’est-ce qu’un spasme du dos ?

Qu’est-ce que la diverticulose ?

Les bienfaits de la douche froide

Qu’est-ce que la physiothérapie ?

Qu’est-ce que le système circulatoire ?

Spondylose et spondylolyse

Qu’est-ce que les hormones ?

Qu’est-ce que la scoliose ?

Qu’est-ce que le système endocrinien ?

Qu’est-ce que la polyarthrite rhumatoïde ?

Qu’est-ce que la fasciite plantaire ?

Qu’est-ce que la sciatique ?

Qu’est-ce que la fibromyalgie ?

Qu’est-ce que l’ostéoporose ?

 

Ressources

What Is Migraine? | Headache | JAMA

https://www.ingentaconnect.com/content/wk/wco/2022/00000035/00000003/art00016

Migraine: Symptoms, Causes, Diagnosis, Treatment, and Prevention

Migraine - Symptoms and causes - Mayo Clinic

Migraine: Symptoms, Causes, Treatment, Triggers, and More 

Migraines chroniques

9

Migraines chroniques

En savoir plus sur les migraines chroniques, un trouble qui se traduit par des maux de tête douloureux récurrents et fréquents. Comprendre les...

Syndrome de la croix supérieure

13

Syndrome de la croix supérieure

Définition du syndrome de la croix supérieure Le syndrome de la croix supérieure (upper crossed syndrome, SDS), ou syndrome du croisement supérieur,...

Neurobiologie

19

Neurobiologie

La neurobiologie couvre différents sujets, depuis les mécanismes moléculaires qui régissent la communication neuronale jusqu'à l'exploration des...

Neurotransmetteurs

14

Neurotransmetteurs

Les neurotransmetteurs sont des messagers chimiques qui transmettent les messages d'une cellule nerveuse à l'autre. Ces minuscules molécules sont la...

Cryothérapie

12

Cryothérapie

La cryothérapie est un traitement qui peut aider à lutter contre le stress, l’anxiété, la douleur et la rééducation après une blessure. La...

Appareil respiratoire

13

Appareil respiratoire

Le système respiratoire est l'un des systèmes les plus vitaux du corps humain. Il est chargé de fournir de l'oxygène à l'organisme et d'éliminer le...