9

Inertie du sommeil

Dernière mise à jour: 22 octobre 2023

Featured Image

Table of Contents

Vous vous endormez systématiquement après la sonnerie de l’alarme, vous avez du mal à sortir du lit et vous restez longtemps dans l’expectative ? Cela ressemble à l’inertie du sommeil. L’inertie du sommeil est la fatigue qui persiste après le réveil. Il est normal d’être un peu fatigué à court terme, mais l’inertie du sommeil durable peut avoir un impact négatif sur la vie quotidienne.

Qu’est-ce que l’inertie du sommeil ?

L’inertie du sommeil est la période de fatigue qui survient au réveil. L’inertie du sommeil est présente pendant la transition entre le sommeil et l’éveil et pendant un certain temps après le réveil.

Les effets de l’inertie du sommeil comprennent une altération des performances cognitives et des capacités perceptives et motrices médiocres, une coordination réduite, un raisonnement illogique, une faible capacité à résoudre les problèmes et un sentiment général de brouillard cérébral.

L’inertie du sommeil est un phénomène normal, dont la durée et les effets varient considérablement d’une personne à l’autre.

Longueur d’inertie du sommeil

L’inertie du sommeil est normale et sa durée varie d’une personne à l’autre. La plupart des cas d’inertie du sommeil durent de deux minutes à une heure complète après le réveil, mais la qualité du sommeil, la phase circadienne et les cycles de sommeil peuvent en modifier la durée.

Les conséquences de l’inertie du sommeil

Les effets physiques, psychologiques et mentaux de l’inertie du sommeil peuvent avoir un impact sur la vie quotidienne. Certaines personnes présentent plus d’inertie du sommeil que d’autres, et les personnes souffrant d’inertie du sommeil grave peuvent présenter des symptômes plus durables, notamment :

  • Diminution ou altération des performances cognitives
  • Mauvaises capacités perceptives et motrices
  • Réduction du temps de réaction
  • Incapacité à effectuer des tâches critiques pour la sécurité
  • Déficits de vigilance psychomotrice
  • Réduction des processus attentionnels

L’inertie du sommeil peut avoir des répercussions négatives profondes sur les personnes qui doivent prendre des décisions rapides ou effectuer des tâches essentielles à la sécurité immédiatement après le réveil, comme les pompiers ou le personnel d’intervention d’urgence.

C’est pourquoi de nombreuses recherches visent aujourd’hui à trouver des moyens de réduire l’inertie du sommeil et d’améliorer les performances immédiatement après le réveil. Les effets négatifs de l’inertie du sommeil sont bien documentés.

Symptômes et conditions associés

Brouillard cérébral et confusion

Les effets les plus notables de l’inertie du sommeil sont le brouillard cérébral, la désorientation ou la confusion au réveil.

Le brouillard cérébral est décrit comme une dissociation, un oubli ou un effort cognitif supplémentaire lors de l’exécution de tâches simples.

Vigilance et performance

La baisse de la vigilance et des performances pourrait être l’effet le plus dangereux de l’inertie du sommeil.

En particulier dans les cas où une personne doit agir dès le réveil, comme un pompier ou un soldat, la coordination réduite, le temps de réaction accru et la vigilance moindre qui accompagnent l’inertie du sommeil peuvent mettre en danger leur propre vie ou celle d’autres personnes.

Fatigue

Une sensation générale de fatigue peut persister après la disparition des autres symptômes de l’inertie du sommeil. L’inertie du sommeil affecte la durée de la fatigue au réveil, et les symptômes prolongés de l’inertie du sommeil peuvent inclure une fatigue durable tout au long de la journée.

L’ivresse du sommeil

L’ivresse du sommeil est souvent observée parallèlement à l’inertie du sommeil.

Alors que l’inertie du sommeil fait généralement référence à la fatigue et à la baisse des performances, l’ivresse du sommeil est une forme de parasomnie — un phénomène inhabituel lié au sommeil — lorsque le corps est debout et en mouvement, mais que le cerveau est encore en train de passer à l’état d’éveil.

Causes de l’inertie du sommeil

Les causes exactes de l’inertie du sommeil sont encore à l’étude. De nombreux facteurs qui augmentent l’inertie du sommeil ont été identifiés, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les causes de l’inertie du sommeil.

Les causes suivantes sont connues pour augmenter la gravité de l’inertie du sommeil, mais la combinaison exacte des causes n’est pas encore connue.

Mauvaise hygiène du sommeil

L’hygiène du sommeil est un terme général qui désigne la santé et les habitudes générales en matière de sommeil. Une bonne hygiène implique de s’endormir et de se réveiller de manière cohérente, de maintenir une nuit biologique régulière, de garder une chambre propre, d’éviter la lumière bleue et les divertissements avant le coucher, et de se concentrer sur la qualité du sommeil.

Une mauvaise hygiène peut augmenter la durée de l’inertie du sommeil et aggraver les symptômes. Pour éviter l’inertie du sommeil, il faut s’efforcer de développer des habitudes de sommeil saines et une bonne hygiène du sommeil.

Privation de sommeil

Les personnes qui manquent de sommeil sont plus susceptibles de souffrir d’inertie du sommeil. Des études ont montré qu’un manque de sommeil antérieur, ou une durée de sommeil insuffisante les nuits précédentes, peut aggraver l’inertie du sommeil.

Une courte sieste en cas de manque de sommeil peut également provoquer des symptômes plus intenses d’inertie du sommeil.

Réveils brutaux

Se faire réveiller d’un sommeil profond peut laisser une personne groggy et désorientée pendant beaucoup plus longtemps qu’un réveil progressif selon le rythme circadien naturel. Le corps passe d’un sommeil léger à un sommeil profond et vice-versa plusieurs fois au cours d’une bonne nuit de sommeil.

Le fait de se réveiller à l’un des stades les plus profonds du sommeil, en particulier le sommeil NREM3 ou le sommeil lent, augmente les risques d’inertie du sommeil.

Un réveil brutal en dehors d’une phase plus légère dictée par les rythmes circadiens du corps peut perturber les processus naturels de sommeil et d’éveil du cerveau et provoquer une inertie du sommeil.

Rythmes de sommeil perturbés

Un horaire de sommeil cohérent, avec des heures de coucher et de lever régulières, peut réduire l’inertie du sommeil. L’inverse est également vrai : les travailleurs de nuit, les nouveaux parents et les personnes ayant des difficultés à s’endormir font souvent état d’une inertie du sommeil plus importante.

Le rythme circadien, ou cycle interne naturel de sommeil et d’éveil, régit le moment et la manière dont le corps s’endort et se réveille.

Les perturbations de ce rythme circadien, comme les horaires de sommeil irréguliers et les cycles de sommeil perturbés, aggravent l’inertie du sommeil.

Troubles du sommeil, insomnie et apnée du sommeil

Un trouble du sommeil peut aggraver l’inertie du sommeil en perturbant la progression naturelle d’un stade du sommeil à l’autre.

Des réveils fréquents, un sommeil superficiel, des difficultés à s’endormir ou à rester endormi et une somnolence diurne peuvent tous résulter d’un trouble du sommeil, ce qui peut induire une inertie du sommeil.

Les symptômes des troubles du sommeil étant souvent similaires à ceux de l’inertie du sommeil, les deux pathologies se chevauchent fréquemment.

Médicaments, suppléments et nutrition

Une alimentation et une supplémentation adéquates peuvent améliorer la qualité du sommeil. Une alimentation riche en zinc, en magnésium et en vitamines B et D aide à maintenir le sommeil, et des carences en ces nutriments peuvent contribuer à l’inertie du sommeil.

En outre, certains médicaments ou drogues qui provoquent une désorientation ou une somnolence, comme l’alcool, la marijuana ou les somnifères, peuvent entrainer une inertie prolongée du sommeil après le réveil.

Autres conditions et contributeurs

Des études ont identifié des dizaines d’autres facteurs contribuant à l’inertie du sommeil, avec des degrés d’impact variables. En voici quelques-uns :

  • Apnée obstructive du sommeil lorsque la respiration commence et s’arrête brusquement pendant le sommeil.
  • Le syndrome de retard de phase du sommeil, où l’horaire de sommeil est interrompu et où la personne ne peut pas dormir et se réveiller pendant des heures « normales ».
  • Les médicaments stimulants qui peuvent avoir un impact sur l’horaire de sommeil.
  • Les médicaments sédatifs, y compris les somnifères, peuvent interrompre la progression des stades du sommeil.
  • Insomnie ou difficulté à s’endormir.
  • Narcolepsie, somnolence diurne excessive ou crises de sommeil soudaines, indépendamment du sommeil antérieur.
  • Les troubles non liés au sommeil qui peuvent avoir un impact sur la qualité du sommeil, comme le syndrome des jambes sans repos, le syndrome des mouvements périodiques des membres ou l’épilepsie nocturne.
  • Autres troubles du sommeil : tous les troubles du sommeil ayant des influences homéostatiques et circadiennes qui peuvent réduire les chances d’un individu de bénéficier d’un sommeil de qualité.

Stades de sommeil et inertie du sommeil

Au cours de la nuit biologique — la période pendant laquelle une personne obtient son « sommeil nocturne » indépendamment de son horaire de sommeil — les gens passent par quatre stades de sommeil distincts, connus sous le nom de cycle de sommeil :

Non-REM 1 et non-REM 2

Non-REM 1, N1, est la transition entre l’éveil et le sommeil. Il s’agit du stade de sommeil le plus léger, oscillant entre l’éveil et le sommeil. Ce stade dure généralement quelques minutes et est souvent le seul stade atteint au cours d’une courte sieste. Le fait de se réveiller pendant le stade Non-REM 1 n’entraine pas d’inertie du sommeil.

Le sommeil non paradoxal 2 (N2) est un stade de sommeil légèrement plus profond, caractérisé par une activité cérébrale réduite et une baisse de la température corporelle. Plus de 50 % de la durée totale du sommeil est normalement du non-REM 2. L’inertie du sommeil ne se produit pas lorsque l’on se réveille d’un état de non-REM 1 et est peu probable, mais elle peut se produire si l’on se réveille d’un état de non-REM 2.

Sommeil non paradoxal 3, sommeil profond ou sommeil lent

Le sommeil non-REM 3, N3, est le stade le plus profond du sommeil non-REM. Il est également connu sous le nom de sommeil profond ou sommeil lent. N3 est le stade de sommeil le plus réparateur pour la croissance physique et la guérison. Pendant le N3, le cerveau produit moins d’ondes bêta et plus d’ondes lentes delta, et la vitesse du flux sanguin cérébral diminue considérablement.

Cette diminution de l’activité cérébrale entraine une réactivation plus lente du cerveau, ce qui signifie qu’une personne est plus susceptible de souffrir d’inertie du sommeil lorsqu’elle se réveille d’une phase de sommeil non paradoxal que de n’importe quelle autre phase de sommeil.

Sommeil paradoxal

Le sommeil paradoxal, ou sommeil à mouvements oculaires rapides, est le dernier stade du cycle du sommeil. Ce stade se caractérise par une activité cérébrale accrue et la présence de rêves.

Se réveiller au milieu du sommeil paradoxal peut entrainer une inertie du sommeil, mais la transition entre le sommeil paradoxal et le sommeil normal est généralement considérée comme le meilleur moment pour se réveiller afin d’éviter l’inertie du sommeil.

Les stades du sommeil sont caractérisés par le flux sanguin du cerveau, la présence d’ondes bêta et delta, l’activité cérébrale, la température corporelle centrale, etc. Se réveiller d’un des stades de sommeil les plus profonds est plus susceptible de provoquer une inertie du sommeil.

Essentiellement, plus le sommeil est profond, plus il est difficile de se réveiller. Une courte sieste qui ne dépasse pas N1 ne provoque pas d’inertie du sommeil, mais le réveil après une longue période de sommeil peut s’avérer difficile, en particulier si une alarme se déclenche au milieu de la période de non-REM 3.

Diagnostiquer l’inertie du sommeil

La plupart des gens souffrent d’un certain degré d’inertie du sommeil, qui ne pose généralement pas de problème. Dans certains cas graves, cependant, les effets de l’inertie du sommeil peuvent justifier un diagnostic et un traitement.

Un spécialiste du sommeil est la meilleure option pour un diagnostic, mais un médecin généraliste peut probablement fournir le diagnostic si nécessaire. Le diagnostic de l’inertie du sommeil implique souvent un test du sommeil, un questionnaire et des rapports subjectifs.

Des études cliniques ont utilisé des mesures électroencéphalographiques de l’inertie du sommeil pour examiner le flux sanguin cérébral dans le cerveau éveillé, mais ces outils ne sont généralement pas utilisés dans le cadre d’un processus de diagnostic normal.

Faire face à l’inertie du sommeil : conseils, astuces et traitement

Il existe de nombreuses options pour remédier aux effets de l’inertie du sommeil à la maison, sans avoir à consulter un spécialiste du sommeil ou à obtenir un diagnostic. La réduction des facteurs contribuant à l’inertie du sommeil favorisera un sommeil meilleur et plus réparateur et préviendra l’inertie du sommeil.

Manipulation des stades du sommeil

La méthode la plus recommandée pour réduire l’inertie du sommeil consiste à s’efforcer de se réveiller à l’un des stades du sommeil les plus proches de l’état d’éveil.

Une bonne nuit de sommeil

Éviter la privation de sommeil améliore également les symptômes d’inertie du sommeil, les personnes déclarant une durée d’inertie du sommeil plus courte après une longue période de sommeil que les personnes soumises à une restriction ou à une privation de sommeil.

Une bonne hygiène du sommeil

Cela peut sembler évident, mais une bonne hygiène du sommeil — l’ensemble des pratiques qui favorisent la santé et les habitudes de sommeil — réduit les effets de l’inertie du sommeil. Il s’agit par exemple de garder un espace de sommeil propre, de limiter le temps passé devant un écran avant le coucher et d’éviter la lumière vive dans l’espace de sommeil.

Alarmes intelligentes

Certaines alarmes fonctionnent avec une technologie portable ou un smartphone pour mesurer la profondeur de la respiration et la température corporelle afin de déterminer le meilleur moment pour se réveiller dans le cycle du sommeil. Ces alarmes sont des outils exceptionnels pour éviter l’inertie du sommeil.

Questions fréquemment posées

L’inertie du sommeil est-elle la même chose que l’ivresse du sommeil ?

L’inertie du sommeil et l’ivresse du sommeil sont souvent vécues ensemble, mais présentent des symptômes différents. L’inertie se traduit normalement par un ralentissement du temps de réaction et un sentiment de somnolence, tandis que l’ivresse se caractérise par la confusion et la désorientation.

Je souffre d’inertie du sommeil. Que dois-je faire ?

Si vous souffrez d’inertie du sommeil, la première étape consiste à examiner vos habitudes et votre hygiène de sommeil. Essayez de vous endormir régulièrement tous les soirs et utilisez une application d’alarme intelligente pour vous réveiller à un moment idéal du cycle de sommeil.

La caféine favorise-t-elle l’inertie du sommeil ?

La caféine peut contribuer à réduire les symptômes d’inertie du sommeil, mais l’inertie du sommeil est normalement passée lorsque la caféine commence à agir. Les études ont donné des résultats mitigés, la caféine étant plus efficace si elle est prise immédiatement après le réveil.

Références

Inertie du sommeil — Wikipédia

Inertie du sommeil : causes, symptômes et traitement | Sleep Foundation

Il est temps de se réveiller : des contre-mesures réactives à l’inertie du sommeil

Le réveil est la chose la plus difficile de la journée : L’inertie du sommeil et l’ivresse du sommeil — PMC

Travail de garde et sommeil : l’importance de se mettre en marche pendant la garde et de s’arrêter après la garde — PMC

La caféine élimine les déficits de vigilance psychomotrice dus à l’inertie du sommeil

Focusing on a biological night : towards an epidemiological measure of circadian disruption | Occupational & Environmental Medicine

Inertie du sommeil — ScienceDirect

Inertie électroencéphalographique du cerveau en éveil pendant le sommeil | Neuroscience

Pourquoi le réveil est-il si difficile ?

Clause de non-responsabilité

Le contenu de cet article est fourni à titre d’information uniquement et n’est pas destiné à remplacer un avis médical, un diagnostic ou un traitement professionnel. Il est toujours recommandé de consulter un professionnel de la santé qualifié avant de procéder à des changements liés à la santé ou si vous avez des questions ou des inquiétudes concernant votre santé. Anahana n’est pas responsable des erreurs, omissions ou conséquences pouvant résulter de l’utilisation des informations fournies.

L'insomnie

14

L'insomnie

L'insomnie ou le manque de sommeil peut être un véritable défi et entraîner des difficultés de concentration, des troubles de la mémoire et une...

Cycle du sommeil

10

Cycle du sommeil

Le cycle du sommeil est un processus qui se répète chaque nuit. Un cycle complet dure environ 90 minutes et une nuit complète de sommeil comporte...

Troubles du sommeil

13

Troubles du sommeil

Les troubles du sommeil sont un terme générique désignant divers problèmes de santé qui modifient les habitudes de sommeil d’une personne. Il existe...

Rêve lucide

8

Rêve lucide

En savoir plus sur le phénomène du rêve lucide, les mécanismes, les avantages, les risques et les stratégies pour induire le rêve lucide, et...

Le sommeil

14

Le sommeil

Découvrez la science, les fonctions et les stades du sommeil, explorez les troubles du sommeil et leur impact, et apprenez le rôle essentiel du...

Le manque de sommeil

9

Le manque de sommeil

On parle de privation de sommeil lorsqu’une personne ne dort pas suffisamment pour que le corps humain fonctionne correctement. Sans un sommeil...