10

Isolement social

Dernière mise à jour: 30 avr. 2023 08:10:55

Featured Image

Table of Contents

L’isolement social et la solitude sont des états d’âme que de nombreux individus connaissent tout au long de leur vie. Il existe différents types, causes et effets de l’isolement social, avec un effet disproportionné sur certaines populations, comme les personnes âgées. Grâce à des interventions et des stratégies ciblées, les individus peuvent lutter contre la solitude et l’isolement social.

 

Définition de l’isolement social

l'isolement social et la solitude, par où commencer ?On parle d’isolement social lorsque des individus font l’expérience d’un manque total ou presque total de communication et de contact avec d’autres individus et avec la société. Il découle de la solitude, un manque temporaire ou involontaire de connexion avec les autres.

Le lien social est un besoin humain fondamental pour le bien-être et la survie. Cependant, en vieillissant, les individus passent souvent plus de temps seuls, ce qui accroît leur sentiment d’isolement et de solitude. En outre, le manque de liens sociaux accroît les risques pour la santé physique et mentale des personnes souffrant d’isolement social.

Certains chercheurs se demandent si l’isolement social est une expérience humaine commune ou si certaines personnes ressentent davantage la solitude que d’autres. Malgré cela, une proportion importante d’individus est confrontée à l’isolement. Parmi les types d’isolement social, citons le fait de rester chez soi pendant de longues périodes, le manque de communication avec les amis, la famille ou les collègues, et le fait d’éviter intentionnellement tout contact avec les autres malgré les possibilités de socialisation ou de communication.

L’isolement fait généralement référence à une solitude malsaine et non désirée qui peut entraîner une mauvaise estime de soi, la solitude et la peur des autres. Il peut être un symptôme potentiel ou une cause de difficultés émotionnelles et psychologiques. L’isolement social peut présenter des risques pour la santé mentale des personnes de tous âges, avec des symptômes différents pour chaque groupe d’âge.

 

Différences entre la solitude et l’isolement social

l'isolement social et la solitude, comprendre la différenceBien que la solitude et l’isolement social soient différents, ils sont liés d’une certaine manière. La solitude est le sentiment subjectif d’être séparé ou seul. En revanche, l’isolement social est le fait d’avoir des contacts limités ou peu d’interactions régulières avec des personnes. Les individus peuvent passer beaucoup de temps seuls et ne pas se sentir isolés socialement ou seuls, et les individus peuvent se sentir seuls bien qu’ils soient entourés de personnes.

Actuellement, la population vieillit et le nombre d’adultes âgés de 65 ans et plus augmente. L’augmentation du nombre de personnes âgées signifie également une augmentation des risques d’isolement social, car ce groupe d’âge connaît généralement des taux plus élevés d’isolement social. La pandémie de coronavirus a entraîné des défis plus importants en raison des mesures d’éloignement physique et des considérations sanitaires pour cette population.

 

Types d’isolement

La solitude est une expérience courante et peut accompagner les événements et les transitions de la vie, comme un déménagement, le décès d’un proche ou un divorce. Ce type de solitude est connu sous le nom de solitude réactive. Cependant, la solitude peut devenir chronique lorsqu’elle persiste pendant une longue période et qu’elle affecte tous les aspects de la vie d’un individu. La solitude chronique survient le plus souvent chez des personnes dépourvues de ressources mentales, émotionnelles ou financières et manquant de contacts humains réguliers.

L’isolement social a d’importantes conséquences négatives sur la santé en raison de la solitude chronique. Les personnes insatisfaites de leur vie familiale, sociale et communautaire se sentent souvent seules et font l’expérience de l’isolement. Les personnes souffrant de solitude chronique peuvent se méfier des autres ou se sentir menacées par eux.

 

Facteurs contribuant à l’isolement social

Quelles sont les causes de l'isolement social ?Différents facteurs de risque peuvent expliquer pourquoi les individus s’éloignent des autres et font l’expérience de l’isolement social et de la solitude. Parmi ces facteurs de risque figurent l’âge, la santé et les handicaps, le fait de vivre seul, les inégalités économiques, l’estime de soi, la consommation de substances, les problèmes financiers et les adversités sociétales.

L’isolement social peut commencer tôt dans la vie, pendant la période de développement. Les individus peuvent être préoccupés par des pensées et des sentiments qu’ils ne peuvent pas partager avec d’autres. Ce comportement peut être dû à l’aliénation subie pendant l’enfance.

La violence entre partenaires intimes peut également contribuer à l’isolement social. Par exemple, les personnes vivant une relation violente évitent parfois tout contact avec les membres de leur famille, leurs amis ou leurs collègues de travail parce qu’elles ne sont pas disposées à révéler leurs sentiments et leur situation.

Les personnes vivant dans des endroits isolés et les personnes vivant dans des régions éloignées ou géographiquement isolées en raison de leur travail, par exemple dans l’armée, peuvent également être confrontées à l’isolement social.

 

Perception de l’isolement social

La recherche montre que l’isolement social perçu (ISP) contribue de manière significative aux effets négatifs sur la santé. L’ISP peut contribuer à une détérioration des fonctions exécutives, à un déclin cognitif et à une cognition dépressive et négative. Il accélère également le processus de vieillissement des individus.

De nombreuses études de neuro-imagerie évaluent les effets de l’ISP. L’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF) à l’état de repos a montré une réduction de la connectivité fonctionnelle entre le gyrus frontal supérieur et le réseau cingulo-operculaire, entraînant une réduction de la vigilance tonique et des fonctions exécutives, respectivement.

Les personnes socialement isolées présentent également une activation plus faible du striatum ventral en réponse à des stimuli positifs ou agréables, y compris des images d’objets, d’événements ou de personnes.

Les résultats suggèrent que les personnes isolées socialement ou seules prêtent davantage attention aux stimuli négatifs que les personnes qui ne sont pas seules ou isolées socialement.

 

Effets de l’isolement et de la solitude sur la santé physique et mentale

Le sentiment de solitude peut affecter la santé physique, cognitive et globale d’un individu. Il est prouvé que l’isolement social perçu a des effets néfastes sur la santé, notamment une altération des fonctions exécutives, la dépression, un sommeil de moins bonne qualité, une immunité affaiblie, une mauvaise fonction cardiovasculaire et un déclin cognitif accéléré à tous les stades de la vie. L’isolement social peut également accroître le risque de mortalité prématurée, toutes races confondues.

L’isolement lié à l’humeur peut se traduire par un épisode dépressif au cours duquel l’individu s’isole pour améliorer son humeur et justifier ses actes en les jugeant réconfortants ou agréables.

Les personnes socialement isolées peuvent boire ou abuser de substances, ne pas dormir suffisamment et manquer d’activité physique, ce qui peut accroître le risque d’effets néfastes sur la santé. Les individus peuvent également ressentir une douleur émotionnelle. La perte d’un sentiment de communauté ou de connexion peut modifier la façon dont les individus perçoivent le monde et accroître la douleur émotionnelle.

La douleur émotionnelle peut activer des réactions de stress dans l’organisme, à l’instar de la douleur physique. Lorsque la réponse au stress est activée pendant une longue période, elle peut provoquer une inflammation chronique, une libération prolongée de facteurs susceptibles d’endommager les tissus ou une diminution de la capacité à lutter contre les maladies. Ces effets augmentent les risques et rendent les individus plus vulnérables aux maladies infectieuses.

L’isolement social peut également affecter la santé du cerveau. Des études montrent que la solitude et l’isolement social sont liés à un risque plus élevé de démence, en particulier de maladie d’Alzheimer. Une activité sociale limitée et le fait de passer le plus clair de son temps seul peuvent diminuer la capacité d’une personne à accomplir des tâches quotidiennes telles que cuisiner, prendre ses médicaments, payer ses factures et conduire.

 

Groupes à haut risque et personnes âgées

Certains groupes sont confrontés à des défis qui augmentent leur risque d’isolement social et de solitude. Le premier groupe particulièrement vulnérable aux effets de l’isolement social est celui des immigrants. Les immigrants sont souvent confrontés à des barrières culturelles, économiques et linguistiques et à des liens sociaux limités, ce qui entraîne la solitude et l’isolement social.

Les groupes marginalisés, notamment la communauté LGBTQIA, les sans-abri, les personnes de couleur et les autres personnes régulièrement confrontées à la stigmatisation, à la discrimination et aux préjugés, peuvent se sentir socialement isolés.

Les personnes âgées constituent également un groupe à haut risque, car elles vivent souvent seules. La perte de la vue et de l’ouïe peut également les empêcher d’interagir et d’engager des conversations avec d’autres personnes, ce qui contribue à leur isolement social.

 

La pandémie de COVID-19 et isolement social

La pandémie de Covid-19 et l'isolement socialLors de la pandémie de COVID-19, les gouvernements ont mis en place des mesures d’éloignement physique. Les individus ont été isolés pour éviter de transmettre le virus à d’autres personnes. L’isolement et la quarantaine étaient des mesures de santé publique destinées à protéger les individus du virus.

Les effets de l’isolement social peuvent être spécifiques aux situations de santé publique ou aux pandémies qui obligent les individus à prendre des distances physiques. Toutefois, l’isolement social, la dépression et la solitude peuvent aller de pair avec la peur et l’anxiété liées aux dangers de la pandémie qui ont imposé les mesures de distanciation physique nécessaires.

La réduction des activités liées à l’école, au travail ou aux loisirs a limité les possibilités d’interactions régulières en personne. Les interactions étaient également limitées au sein de l’environnement familial. La réduction sévère et soudaine des interactions sociales a entraîné un isolement social et un sentiment de solitude pour tous. Le manque d’interaction sociale est associé au déclin de la santé.

Les mesures de santé publique, y compris les actions d’isolement, ont eu un impact disproportionné sur les personnes âgées, car, pour la plupart d’entre elles, leur seul contact social se situe en dehors de leur domicile, notamment dans les centres communautaires, les crèches ou les lieux de culte. Les personnes qui n’ont pas d’êtres chers, d’amis proches ou de membres de la famille dépendent des visites et de l’aide des services sociaux et bénévoles dans les maisons de retraite. Par conséquent, elles sont exposées à un risque supplémentaire, tout comme les personnes âgées, qui sont déjà isolées, seules et isolées socialement.

 

L’isolement social des personnes âgées

L’isolement social touche environ neuf millions de personnes âgées aux États-Unis. Elles sont souvent marginalisées parce qu’elles se sentent comme des membres moins productifs de la société. Une combinaison de facteurs biologiques et sociaux peut conduire cette population à l’isolement.

Une dégradation de l’état de santé général, une diminution des liens sociaux, y compris avec la famille et les enfants, et des difficultés financières dues à la retraite ou à un manque de revenus peuvent également perpétuer le sentiment de solitude et d’isolement.

Chez les personnes âgées, l’isolement social a été associé à un risque accru de démence, de morbidité, de problèmes de santé généraux et de diminution de la mobilité physique. En outre, l’augmentation du déclin cognitif a été liée à l’augmentation de l’isolement social chez les femmes âgées déprimées.

La participation des personnes âgées à des groupes sociaux tels que des groupes religieux, des clubs de lecture et des communautés peut réduire la solitude et avoir des effets positifs sur la santé mentale. Les centres de cohabitation gagnent en popularité dans le monde entier parmi les personnes âgées et les jeunes afin d’améliorer les liens sociaux et de réduire la solitude.

 

Isolement, santé et mortalité

L'isolement social des personnes âgéesLa solitude et l’isolement social chez les personnes âgées et les jeunes adultes sont liés à un risque plus élevé de mauvaise santé et de mortalité accrue. Le risque de mortalité précoce est plus élevé chez les personnes socialement isolées que chez celles qui ne le sont pas.

Des études ont démontré que l’isolement social est lié à un risque plus élevé de problèmes de santé physique, y compris des symptômes tels que l’augmentation des hormones de stress, du taux de cholestérol, de la tension artérielle et de l’affaiblissement du système immunitaire.

L’isolement social et la mortalité chez les personnes âgées ont également un lien standard avec l’inflammation chronique, avec quelques différences entre les femmes et les hommes. L’isolement social est également associé à de mauvais résultats en matière de santé mentale, qui augmentent le risque pour les individus de souffrir de diverses affections, notamment l’anxiété, la dépression, la démence, la toxicomanie et le déclin cognitif.

 

L’isolement chez les adolescents et les enfants

Les jeunes sont susceptibles de faire face à des défis et à des expériences sociales au cours de l’école intermédiaire, où leur estime de soi est également fragile. L’adolescence est une période de développement vulnérable, où le sentiment d’identité et d’appartenance à l’école est de la plus haute importance. Au cours de cette période, les adolescents ont vraiment besoin du soutien de leur famille et de leurs amis.

Des études montrent que le développement d’un sentiment d’appartenance est l’un des facteurs les plus importants pour le bien-être émotionnel et social des adolescents et pour leur réussite scolaire. L’isolement social et la solitude liés à l’amitié sont des facteurs de risque de symptômes dépressifs chez les adolescents, plus que la solitude ou l’isolement social liés à l’âge adulte.

Une explication plausible est que le cercle social et les amis sont les sources préférées de soutien social pour les adolescents. Il existe donc un lien avec les symptômes dépressifs à l’adolescence. Les adultes et les enfants plus âgés comptent également sur l’aide de leurs proches et de leurs amis.

La recherche montre également que la solitude chez les adultes peut augmenter le risque de symptômes dépressifs plus tard dans la vie. Les enfants solitaires sont plus vulnérables aux symptômes dépressifs dans leur jeunesse. Prévenir l’isolement social pendant l’enfance peut servir de facteur de protection contre la dépression à l’âge adulte.

Les enfants et les adolescents qui sont socialement isolés ont tendance à avoir un niveau d’instruction plus faible en raison de leur appartenance à une classe sociale défavorisée à l’âge adulte et ont plus de risques de souffrir de détresse psychologique.

Les enfants peuvent faire face plus facilement à des niveaux de stress élevés en bénéficiant d’un soutien social et de ressources. Le soutien social est étroitement lié à la capacité de faire face aux situations stressantes, au sentiment de maîtrise, à une meilleure qualité de vie et à une vision globalement positive de la vie.

 

Lutter contre l’isolement social et la solitude

comment lutter contre l'isolement social et la solitudeLes effets néfastes de la solitude et de l’isolement social sont établis dans la littérature. Il est plus difficile de trouver des solutions pour atténuer la solitude chronique, et il n’est pas facile de développer des interventions efficaces pour tous.

Cependant, il existe des stratégies et des interventions que les individus peuvent utiliser pour se protéger et protéger leurs proches des risques de l’isolement social et de la solitude. Tout d’abord, les individus doivent prendre soin d’eux-mêmes. Manger sainement, faire de l’exercice, dormir sept à neuf heures par jour et pratiquer des activités qui leur plaisent peuvent contribuer à améliorer la santé mentale et physique des individus et les aider à gérer leur stress.

Il est également essentiel de nouer des liens avec les autres et de rester actif. Les personnes qui s’engagent dans des activités utiles et significatives, qu’elles apprécient avec d’autres, se sentent utiles et vivent plus longtemps. Des activités telles que le bénévolat au sein de la communauté peuvent aider les individus à se sentir moins isolés et moins seuls et leur donner un but dans la vie, ce qui est lié à une meilleure santé.

Des activités telles que le bénévolat peuvent également contribuer à améliorer l’humeur, les fonctions cognitives et le bien-être d’une personne. D’autres stratégies pour aider les personnes à rester en contact incluent la recherche d’un passe-temps ou d’une activité qu’elles apprécient et l’inscription à un cours pour rencontrer des personnes ayant des intérêts similaires.

Prévoir un moment chaque jour pour communiquer et rester en contact avec les voisins, les amis et la famille par le biais d’appels vocaux, de textes, de courriels, de médias sociaux ou même en personne peut leur permettre de parler à des personnes en qui ils ont confiance et de partager leurs sentiments. L’envoi de cartes et de lettres peut également renforcer et entretenir les relations existantes.

L’adoption d’un animal de compagnie par des personnes ayant la capacité et les moyens de s’en occuper peut apporter du réconfort, réduire le stress et la tension artérielle et améliorer l’humeur.

Il a été prouvé qu’il était bénéfique de rester physiquement actif et de participer à des exercices de groupe, par exemple en rejoignant un club de marche ou en s’entraînant avec des amis ou des voisins. Les adultes doivent s’efforcer de pratiquer au moins deux heures d’activité physique par semaine.

La réduction de l’isolement et de la solitude peut également être obtenue en favorisant des environnements dans lesquels les individus peuvent rechercher, identifier et intervenir lorsque d’autres personnes semblent déconnectées des autres ou se sentent seules. En outre, des interventions portant sur les comportements négatifs et les schémas de pensée sous-jacents à la solitude pourraient contribuer à lutter contre la solitude.

D’autres interventions sont conçues pour améliorer les compétences sociales, le soutien social et les possibilités d’interaction sociale, car l’appartenance à un groupe social peut avoir un effet positif sur la qualité de vie. Des études montrent que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) peut traiter efficacement la cognition sociale inadaptée chez les adolescents, les adultes et les enfants.

Syndrome de l'imposteur

11

Syndrome de l'imposteur

Si une personne éprouve des sentiments infondés d’incompétence et de doute de soi, cela peut être le signe d’un syndrome de l’imposteur.

Santé mentale

11

Santé mentale

La santé mentale englobe de nombreux aspects du bien-être mental, y compris les facteurs psychologiques, émotionnels, spirituels et sociaux. Il est...

La conscience

9

La conscience

La vie consciente d’une personne est une compilation de ses expériences du monde objectif qui l’entoure, filtrées par des sentiments, des souvenirs...

Synchronicité

9

Synchronicité

En savoir plus sur les schémas de pensée humains et le concept de synchronicité. Comprendre l’expérience de la synchronicité et comment interpréter...

Bien-être

15

Bien-être

Le bien-être est un concept multidimensionnel qui englobe une multitude de facteurs interconnectés. Il est largement reconnu comme l’état optimal de...

Émotions

19

Émotions

Les émotions sont des états mentaux complexes qu’il ne faut pas confondre avec les humeurs et les sentiments. Plus précisément, les émotions sont des...